- Destination touristique très prisée pour les touristes principalement Français et Sud-Africains, l’île Maurice possède des attraits moins connus que ses paysages, mais tout aussi intéressants. L’île Maurice est un pays où il n’y a pas : Maurice bénéficie d’un faible taux d’imposition et offre, de ce fait, un environnement propice aux investisseurs tendant à favoriser les activités professionnelles des sociétés locales et étrangères.

  • - Taux d’imposition harmonisés à 15% sur les bénéfices des sociétés et sur les revenus.
  • - Pas d’impôts sur les dividendes.
  • - Pas d’ISF. Votre investissement à Maurice sort de « l’assiette » de votre déclaration d’ISF.
  • - Pas d’impôts sur les plus-values immobilières.
  • - Pas de droit de succession.
  • - Pas de taxes foncières et d’habitation.
  • - Pleine propriété des étrangers.
  • - Exemption de droits de douane sur les équipements et matériel pour les acquéreurs de projets
  • immobiliers.
  • - Rapatriement des bénéfices, dividendes et capitaux exempté d’impôt.
  • - Aucun capital étranger minimum exigé.

Une convention fiscale entre la France et l’île Maurice

- Pour un citoyen Français, un investissement à l'Ile Maurice n'est pas considéré comme un "exil fiscal", mais bien comme une "optimisation fiscale" grâce à une convention de non double imposition signée en 1980 entre les deux gouvernements. De ce fait, que vous décidiez de devenir résident mauricien ou de rester un contribuable domicilié en France, les avantages fiscaux liés à l’acquisition d’une résidence à l’Ile Maurice sont pratiquement les mêmes: Pas d'ISF, pas de plus-value, pas de taxe foncière, pas de taxe d'habitation, revenus locatifs imposés au taux maximum de 15 %.

Etre propriétaire de son logement plutôt que locataire : un objectif presque naturel pour chacun. Mais est-ce toujours la solution la plus rationnelle et la plus intéressante financièrement ?